Tendances, Vie agence

Le cerveau adaptatif, cet ami qui vous veut du bien !

En 2018, les cadres passeront en moyenne 27 jours en réunion, soit plus que les 5 semaines légales de congés payés – baromètre annuel Wisembly/IFOP. Si la durée moyenne d’une réunion est en baisse, de 1h20 à 1h10, son nombre progresse et son efficacité souvent remise en question…

Mettre en commun, communiquer une quête quotidienne

Communiquer, partager, réfléchir en groupe, autant de besoins pour les entreprises qui peuvent très rapidement être détournés de leurs objectifs. La réunion, et son art de la provoquer, est nécessaire à toute organisation qui se respecte. Pourtant, cette louable séance collective est souvent menacée par le syndrome de “réunionite”. Rassurez-vous, chaque entreprise a connu ou connaîtra ces périodes de crise. Aigüe ou non, la réunionite se manifeste par des séances où sont invitées des personnes parce qu’elles figurent sur un organigramme ou parce que la force de l’habitude a chloroformé toute remise en question. Au delà, du temps passé (et perdu), les réunions sans but clairement défini ont un effet négatif sur l’efficacité globale de l’entreprise mais aussi sur la motivation individuelle des salariés. Un danger réel qui mérite attention car détournée de ses objectifs la réunion est un temps où l’entreprise ne produit rien !

Favoriser le cerveau adaptatif et créatif

Nous vivons une époque complexe, faite d’imprévus et de remises en question permanentes. L’entreprise, si elle veut traverser cette période sans encombre, doit s’adapter et innover sans cesse. Innover, le mot est lâché. L’innovation est exploitée à toutes les sauces. Elle apparaît comme par magie au registre de nombreux ADN d’entreprises. Souvent galvaudée, elle est pourtant une nécessité. Pour la stimuler au sein des collectifs, l’intelligence “adaptative” s’impose depuis quelques années. Cette intelligence “adaptative”, caractérisée par de nombreux travaux en neurosciences, s’actionne principalement par la prise de recul sur des situations données. Elle anticipe et invente des solutions et devient un élément essentiel à la prise de décision, au même titre que l’expérience et la compétence… Comment la mobiliser ? En évitant dès que possible les réunions trop longues et les processus lourds, et en prônant un management participatif favorisant la créativité.

L’art d’exploiter le temps

La créativité ne se décrète pas, elle est stimulée par phase et lors de temps plus ou moins longs. Si vous souhaitez réveiller en vous cette capacité, certaines initiatives faciles à mettre en œuvre vous apporteront des résultats rapides. L’exercice du “stand-up” quotidien emprunté aux gestions de projet agile, les réunions “debout” et/ou minutées : 5, 7, 15, 30, ou 45 minutes, des objectifs clairs et partagés avant toute réunion, une équipe réduite, sont autant de formats stimulant l’intelligence collective. Autre bienfait, sans jamais s’opposer aux procédures, ces nouveaux modes participatifs les améliorent. N’attendez plus, testez-les !

Auteur


Sébastien Hennebique

Sébastien Hennebique

Consultant éditorial